VAN GOYEN (J.)


VAN GOYEN (J.)
VAN GOYEN (J.)

VAN GOYEN JAN (1596-1656)

Né à Leyde et mort à La Haye, Jan van Goyen donne, avec Salomon van Ruysdael et Pieter Molijn, une orientation nouvelle et décisive à l’art du paysage néerlandais, et qui atteindra son apogée vers le milieu du XVIIe siècle, en abandonnant le goût maniériste du pittoresque et du décoratif, des couleurs vives, des forts contrastes d’éclairage et des perspectives fantaisistes et théâtrales (coulisses encadrant l’horizon) pour un naturalisme d’esprit moderne, en jouant sur la monochromie, en insistant sur les valeurs lumineuses et en accordant une place toujours plus importante au ciel, à l’horizon et aux nuages. Van Goyen est, à Haarlem, l’élève d’Esaias van de Velde, qui a eu une grande influence sur lui. Il s’établit à Leyde puis à La Haye où il ouvre un atelier fréquenté par des peintres tels que Van der Kabel, Saftleven, Berchem, Jan Steen. Très estimé de son vivant, il est admis, aussitôt après son arrivée à La Haye en 1631, à la gilde de Saint-Luc dont il devient le doyen en 1640. Il voyagea en France (sans doute vers 1615), en Flandre et en Allemagne.

Les premières œuvres de Van Goyen, proches de celles de son maître Esaias van de Velde et d’Avercamp, tiennent de la scène de genre et sont encore de conception maniériste, telles ces scènes de patinage (Château aux deux tours rondes , au Rijksmuseum, à Amsterdam), où il se complaît à décrire l’anecdocte, insiste sur l’architecture et utilise une facture miniaturiste. Vers 1626 ou 1628, Van Goyen abandonne les petits formats précieux, les tondi de ses débuts, il se dégage de l’élément pittoresque et utilise, en même temps que Pieter Molijn et Salomon van Ruysdael, la diagonale qui structure et unifie la composition, tel le Village de 1626 (Lakenhal, Leyde), encore chargé de détails précieux mais où les figures sont réduites, perdent leur caractère anecdotique. À partir de 1630, Van Goyen conquiert une certaine originalité en recherchant un coloris plus atténué, en jouant sur les tons clairs et les frottis monochromes (ce qui est une nouveauté essentielle), en donnant la prépondérance au paysage et au ciel sur l’homme. Comme Molijn, il varie sur le thème du chemin sablonneux qui serpente à travers les chaumières. Avec Les Chaumières près du rivage (1631, musée des Beaux-Arts, Carcassonne), tableau tout en tons gris et touches dorées, les détails pittoresques (les chaumières, la charrette, les personnages) ne sont que prétextes à accentuer la diagonale. Il utilise également, parallèlement à Salomon van Ruysdael, l’arbre comme repoussoir, motif toujours très lisible, au feuillage minutieusement défini, tel Le Chêne foudroyé (musée des Beaux-Arts, Bordeaux), où l’arbre dressé contre le ciel d’orage donne sa profondeur à la composition, les gris bleutés s’allient aux ocres de la terre. Dès 1636, ses vues de rivières apparaissent: Van Goyen exécute des compositions toujours plus simplifiées, plus monumentales et va fragmenter la ligne de force qu’est la diagonale qui, à cette époque, perd de son importance tant chez lui que chez Ruysdael. Il renforce et accentue les horizontales et le rythme vertical des voiles, des clochers, des toits devenus des silhouettes sombres, il joue sur les contrastes d’ombres et de lumières dans le Paysage rhénan , La Ville d’Elten (1647, musée Bertrand, Châteauroux). De plus en plus, Van Goyen va insister, dans ses panoramas, sur l’atmosphère et la lumière, véritables sujets du tableau, jouant de nuances toujours plus raffinées: sa coloration devient monochrome, il choisit les gris argentés ou dorés qui se fondent et évoquent les natures mortes de ses contemporains, Pieter Claez ou Willem Heda. Van Goyen donne de plus en plus d’importance aux nuages, au ciel qui enveloppe le paysage et occupe les deux tiers du tableau, ce qui constitue une innovation fondamentale appelée à une grande postérité, notamment chez les «marinistes» (Vlieger, Willem van de Velde II, Van de Cappelle). Les personnages, accents sombres, font «écran», contrastent avec les reflets scintillants de l’eau, rendent plus lumineux le paysage. Dans la Vue sur le Rhin près d’Etelberg (Museum der bildenden Künste, Leipzig), Van Goyen passe progressivement d’un point sombre par tous les degrés de valeurs intermédiaires et obtient, par cette alternance des ombres et des lumières, un maximum d’éclat. Il arrive à la fusion totale du ciel et de l’eau, par exemple dans la Vue de Leyde (Smith College Museum of Art, Northampton, Mass.), ou Les Bateaux de pêche (1656, Rijksmuseum, Amsterdam), où les éléments «solides» — ville à l’horizon plus suggérée que décrite, voiliers et personnages — ne sont que des rythmes sombres destinés à rendre plus vibrante l’atmosphère, plus lumineux le grand ciel nuageux et l’eau qui se mêlent en un même motif.

L’œuvre dessiné de Van Goyen est très important: dessins, exécutés pour la plupart lors de ses voyages dans son pays, dans les Pays-Bas méridionaux et dans la région de Clèves, à l’écriture libre, tout en virgules et en points. Par l’importance accordée au ciel et à l’eau, par ses subtilités atmosphériques et sa luminosité, par le choix de la monochromie qui, à partir de 1630, est le trait dominant de la peinture hollandaise, Jan van Goyen est, avec Salomon van Ruysdael, l’initiateur d’un nouveau style qui influencera les paysagistes hollandais contemporains, notamment les peintres de marine, et qui contraste avec les paysages «composés» chers aux Italiens, aux Français et aux Nordiques italianisants.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Van Goyen — Jan Van Goyen Jan Van Goyen Portait de Van Goyen par Gerard Ter Borch Nom de naissance Jan Josephsz. Van Goyen Naissance 13 janvier 1596 …   Wikipédia en Français

  • Jan Josephszoon Van Goyen — Jan Van Goyen Jan Van Goyen Portait de Van Goyen par Gerard Ter Borch Nom de naissance Jan Josephsz. Van Goyen Naissance 13 janvier 1596 …   Wikipédia en Français

  • Jan Josephszoon van Goyen — Jan Van Goyen Jan Van Goyen Portait de Van Goyen par Gerard Ter Borch Nom de naissance Jan Josephsz. Van Goyen Naissance 13 janvier 1596 …   Wikipédia en Français

  • Jan Van Goyen — Portait de Van Goyen par Gerard Ter Borch Nom de naissance Jan Josephsz. Van Goyen …   Wikipédia en Français

  • Jan josephszoon van goyen — Jan Van Goyen Jan Van Goyen Portait de Van Goyen par Gerard Ter Borch Nom de naissance Jan Josephsz. Van Goyen Naissance 13 janvier 1596 …   Wikipédia en Français

  • Jan van Goyen — Portait de Van Goyen par Gerard Ter Borch Nom de naissance Jan Josephsz. Van Goyen Naissance 13 janvier 1596 …   Wikipédia en Français

  • Jan van Goyen — Gerard ter Borch: „Bildnis des Jan van Goyen“ Jan Josephsz. van Goyen (* 13. Januar 1596 in Leiden; † 27. April 1656 in Den Haag) war ein herausragender Vertreter der holländischen Landschaftsmalerei des 17. Jahrhunderts. Neben Salomon van… …   Deutsch Wikipedia

  • Jan van Goyen — Jan Josephszoon van Goyen (January 13, 1596, Leiden April 27, 1656, The Hague) was a Dutch landscape painter.BiographyJan van Goyen was the son of a shoemaker and started as an apprentice in Leiden. Like many Dutch painters of his time, Jan van… …   Wikipedia

  • Jan van Goyen — retratado por Gerard ter Borch, c. 1650 Nombre de nacimiento Jan Josephszoon van Goyen …   Wikipedia Español

  • Jan van Goyen — Jan Josephszoon van Goyen (1596 1656). Paisajista holandés, nacido en Leyden. Estudió en su ciudad natal y en Haarlem, donde fue discípulo de Van de Velde. Hacia 1631 se trasladó a La Haya, donde fue director del gremio de pintores en 1640.… …   Enciclopedia Universal